•  Ayant enfin  récupéré son téléphone, Clémentine nous envoie des images fraiches de Pagala

     

    Des images fraiches de Pagala

    Fin d'année scolaire : le Brevet pour Sylvie Marthe et Pierre: une étape importante pour eux car ils risquent de quitter Pagala pour suivre leur cycle secondaire dans un autre orphelinat. 

     

    Des images fraiches de Pagala

    Moins de stress pour eux 

     

    Des images fraiches de Pagala

    Pour Véronique Alice Chantal et Joachim ce sera la troisième pour l'année prochaine

     

    Des images fraiches de Pagala

    le collège en vue pour Grâce et Emmanuel (debout) où ils rejoindrons Pauline (accroupie)

     

     

     

    Des images fraiches de Pagala 

    des clients sérieux pour la maternelle

     

     

     

    Des images fraiches de Pagala

    CP et CE en vue

     

    Des images fraiches de Pagala

    fin d'année sereine pour les CE

     

     

    Des images fraiches de Pagala

    Sur le terrain, le chantier attend patiemment un dénouement favorable de la procédure 

     

     

    Des images fraiches de Pagala

    mais déjà un squatter dans la future fosse septique...attention ça pique 

     

     

    Des images fraiches de Pagala

    Aidé de la pluie, Michel a relancé la culture des maniocs

    Des images fraiches de Pagala

    Terrain bien arrosé!

     

     

     

     

    Des images fraiches de Pagala

    Les haricots pointent déjà le bout de leur tiges

     

     

    Des images fraiches de Pagala

    Quelques naissances chez les "poulets bicyclette" 

     

     

    Des images fraiches de Pagala

    Atelier de tressage entre deux séances de binage 

     

     

    Des images fraiches de Pagala

    Nous avons hâte de les revoir à Pagala 

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • L'envers du décors.

    Par honnêteté envers tous les généreux donateurs qui nous soutiennent depuis près de 5 ans maintenant, nous nous devons de vous parler de l'envers du décors et des problématiques que nous rencontrons actuellement sur place.

    Episode 1:  nous avons eu la mauvaise surprise d'apprendre en Avril par la soeur Victorine que nous ne pourrions plus loger dans l'orphelinat lors de nos missions : officiellement une histoire d'agrément de l'orphelinat , de dortoirs surpeuplés et que par conséquent la partie qui nous était réservée lors de nos passages serait définitivement transformée en un nouveau dortoir (ce qui est le cas le reste du temps!). Il faut comprendre que cette vie avec les orphelins est l'essence même de notre association et que nous trouvons auprès d'eux le courage de continuer à nous démener sur place malgré des conditions de vie et de travail très pénibles, que  les bons soins de Clémentine sont indispensable pour retrouver chaque matin la force de repartir. Nous avons proposé d'occuper le bureau infirmerie que nous avons rénové, voir de  camper dans le jardin: aucune de ces solutions n'ayant eu l'approbation de la soeur, nous avons décidé de bâtir une deuxième maison sur notre terrain, à côté de celle du gardien, avec 4 chambres destinées aux volontaires qui se rendront à Pagala dans l'avenir pour faire du bénévolat à l'orphelinat et à l'hôpital .

    cette construction a donc été lancée début mai:

    PAGALA... l'envers du décors

    Episode 2: alors que le chantier a démarré bon train, un huissier de justice est venu sommer notre équipe de maçon de cesser le travail. motif: il y a litige sur le terrain dont une famille de Kotokolis( musulmans ) réclame la propriété, contre les villageois de Pagala ( en majorité chrétiens) qui nous ont officiellement vendu ce terrain géomètré, cadastré, et enregistré au cadastre de Lomé comme propriété de l'association. Le président du tribunal de Blitta et le procureur de la république ont donc décidé de nous destituer, au moins temporairement, de nos droits sur le terrain, nous proposant une alternative "originale": de payer une deuxième fois le terrain, en versant une sorte de caution au tribunal qui l'attribuera aux kotokolis s'ils gagnent le procès un jour... l'argumentaire de ces derniers étant qu'il s'agit de la terre de leurs aïeux;... nous ne sommes donc pas au bout de la procédure. Notre représentant sur place a contacté un avocat qui va nous faire une évaluation de nos chances de récupérer notre bien!

    Notre état d'esprit:  il est partagé par les Togolais qui mesurent l'importance de notre investissement tant matériel par l'abondance des sommes investies pour les travaux et achats, que humain par la présence  et le travail sur place du doc et de Bernard: c'est l'incompréhension voire le désenchantement: autant d'efforts pour aider une population en difficulté et en retour des gens qui s'ingénient à mettre des obstacles à nos actions.

    Conséquences:  Il court un vent de démotivation sévère au sein des membres fondateurs et actifs de l'association, et il est à craindre que l'enthousiasme et l'énergie qui ont fait notre force ne s'éteignent progressivement. Désabusés, il nous reste les sourires de nos 29 petits protégés pour entretenir un peu la flamme, mais le vent de la désillusion risque fort de l'éteindre à jamais. Le projet ESF ira à son terme si tout se déroule comme prévu cet automne, si aucun prédateur ne sort du bois au moment crucial. Le projet maternité est en attente d'une subvention de l'agence micro projet, l'association ayant de son côté la moitié du budget disponible. 

    Et après?

     

    ET C'EST DOMMAGE car grâce à votre générosité , à l'aide de l'UTMB et d'entreprises locales, nous aurions les moyens de réaliser encore de belles chose à pagala. Nous savons que ce sont jalousie et avidité qui motivent ces attitudes. Nous avons toujours tenu tête en refusant de confier nos fonds , c'est à dire vos dons, à des intermédiaires, pour qu'ils aillent bien à leur destination,  ceci autant pour l'orphelinat que pour l'hôpital.  Ceci pour éviter les détournements, ce qui est courant dans les ONG locales qui reçoivent les dons  de petites association caritatives françaises. La splendeur des bureaux et des véhicules de ces ONG locales fait bondir: tous ces fonds détournés et engloutis pour le train de vie de gens qui abusent de la crédulité des donateurs et des petits collecteurs français. Quelles miettes  arrivent à destination des  nécessiteux? Peut-être aujourd'hui  commence t'on à faire payer à notre association son intégrité et son refus de rentrer dans le système déplorable du business humanitaire!

     


    2 commentaires
  •  Marie Pierre Mouttet  a pris l'initiative individuelle d'une levée de dons à Annecy pour l'association: bilan fructueux puisque que vingts chèques pour un total de 1000€ viennent garnir le compte . 

    Un grand merci à elle et aux donateurs qui ont répondu à son appel.

    Une soirée conférence est programmée à Annecy mi-octobre pour présenter le travail de l'association et peut-être recevoir encore quelques dons.


    2 commentaires
  • Le hasard a encore bien fait les choses... la veille du départ pour le Togo nous parvenait une dotation en pansements spécialisés de la part de Marie Claire, infirmière sympathisante de notre association, avec ces explications

    Le miel se presente sous différentes formes, seul ou additionné d’un alginate (action fibrinolytique) notamment, et plus ou moins concentré 80 à 100% de miel.
    Les compresses de Miel sont rigides, à la chaleur elles se ramollissent, et fondent sur la plaie...
    Il faut découper la plaque pour qu’elle recouvre le lit de la plaie, s’il vient agresser la peau saine des berges, un peu de vaseline ou autre écran à la peau peut protéger.
    Nous l’utilisons sur différentes types de plaies et à différents stades. (cela n’est pas adapté à une plaie présentant un exsudat important: trop de macération). Nous avons de très bon résultat.
    Il faut savoir que, cela peut rendre le pansement douloureux pendant les 20mn qui suivent l’application (il imprègne la plaie), et pour d’autres bien plus longtemps par son action astringente. Le pansements peut rester en place jusqu’à 5 voir 7 jours maxi, sur une plaie calme à faible risque infectieux. 
    Cordialement
    Marie Claire J.

    A son arrivée à Pagala, notre  Doc découvre un enfant de 18 mois ébouillanté que l'équipe du Dr Ferdinand a pris en charges depuis 7 jours pour des brûlures du 2ème degré .                                  La qualité des soins est remarquable malgré le peu de moyens, mais les zones les plus profondément atteintes trainent à cicatriser et l'infection menace.                                                                            L'équipe soignante saisit l'occasion d'utiliser les fameuses compresses au miel: celles ci vont apporter une cicatrisation remarquablement rapide.                                                            

     

    Ames sensibles s'abstenir,

    voici quelques photos de l'évolution du petit brûlé .

     

    Un petit "grand brûlé" chanceux 

                                     Les premiers jours

     

    Un petit "grand brûlé" chanceux

     

     De savants pansements  et bandages 

     

    Un petit "grand brûlé" chanceux 

    L'enfant "momie " très apaisé par les pansements

     

     

     

     

    Un petit "grand brûlé" chanceux

    Les compresses au miel pour la cicatrisation

     

     

    Un petit "grand brûlé" chanceux

    après 3 semaines de soins,un petit "grand brûlé" rescapé et une maman heureuse

     

    L'enfant restera certes marqué de cicatrices toute sa vie , mais  sa vie est sauvée, grâce à l'efficacité de l'équipe soignante , grâce au professionnalisme du Dr Ferdinand qui a su gérer médicalement le risque septicémique qui menaçait, et grâce à cette enchainement de hasards qui a fait arriver les compresses "miracles " à Pagala au moment opportun.

    Hasard? Dieu est grand nous disent les africains quand le destin leur sourit ( le "allah akbar" des musulmans en est d' ailleurs l'équivalent, et non  une incitation au djihad !)

     

     


    4 commentaires
  • Tata Clémentine nous envoie régulièrement par watts app , grâce à l'abonnement téléphonique 3G que l'association lui fournit, des nouvelles fraiches de Pagala.

    Ici  quelques finitions après notre départ

    les finitions depuis notre départ

    les finitions depuis notre départ

    le puits terminé et verrouillé : usage réservé à Michel et sa famille pour la toilette et l'arrosage des cultures sur notre terrain

     

    les finitions depuis notre départ

    les finitions depuis notre départ

    Joachim et Pierre commence à bien bricoler: ici ils remplacent l'ancienne serrure de la réserve alimentaire par une nouvelle que nous leur avons fait parvenir depuis Lomé.             Ces deux là sont non seulement brillants au collège, mais de plus en plus impliqués dans la vie de l'orphelinat: c'est une très grande satisfaction pour tout le monde.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique