• PAGALA... l'envers du décors

    L'envers du décors.

    Par honnêteté envers tous les généreux donateurs qui nous soutiennent depuis près de 5 ans maintenant, nous nous devons de vous parler de l'envers du décors et des problématiques que nous rencontrons actuellement sur place.

    Episode 1:  nous avons eu la mauvaise surprise d'apprendre en Avril par la soeur Victorine que nous ne pourrions plus loger dans l'orphelinat lors de nos missions : officiellement une histoire d'agrément de l'orphelinat , de dortoirs surpeuplés et que par conséquent la partie qui nous était réservée lors de nos passages serait définitivement transformée en un nouveau dortoir (ce qui est le cas le reste du temps!). Il faut comprendre que cette vie avec les orphelins est l'essence même de notre association et que nous trouvons auprès d'eux le courage de continuer à nous démener sur place malgré des conditions de vie et de travail très pénibles, que  les bons soins de Clémentine sont indispensable pour retrouver chaque matin la force de repartir. Nous avons proposé d'occuper le bureau infirmerie que nous avons rénové, voir de  camper dans le jardin: aucune de ces solutions n'ayant eu l'approbation de la soeur, nous avons décidé de bâtir une deuxième maison sur notre terrain, à côté de celle du gardien, avec 4 chambres destinées aux volontaires qui se rendront à Pagala dans l'avenir pour faire du bénévolat à l'orphelinat et à l'hôpital .

    cette construction a donc été lancée début mai:

    PAGALA... l'envers du décors

    Episode 2: alors que le chantier a démarré bon train, un huissier de justice est venu sommer notre équipe de maçon de cesser le travail. motif: il y a litige sur le terrain dont une famille de Kotokolis( musulmans ) réclame la propriété, contre les villageois de Pagala ( en majorité chrétiens) qui nous ont officiellement vendu ce terrain géomètré, cadastré, et enregistré au cadastre de Lomé comme propriété de l'association. Le président du tribunal de Blitta et le procureur de la république ont donc décidé de nous destituer, au moins temporairement, de nos droits sur le terrain, nous proposant une alternative "originale": de payer une deuxième fois le terrain, en versant une sorte de caution au tribunal qui l'attribuera aux kotokolis s'ils gagnent le procès un jour... l'argumentaire de ces derniers étant qu'il s'agit de la terre de leurs aïeux;... nous ne sommes donc pas au bout de la procédure. Notre représentant sur place a contacté un avocat qui va nous faire une évaluation de nos chances de récupérer notre bien!

    Notre état d'esprit:  il est partagé par les Togolais qui mesurent l'importance de notre investissement tant matériel par l'abondance des sommes investies pour les travaux et achats, que humain par la présence  et le travail sur place du doc et de Bernard: c'est l'incompréhension voire le désenchantement: autant d'efforts pour aider une population en difficulté et en retour des gens qui s'ingénient à mettre des obstacles à nos actions.

    Conséquences:  Il court un vent de démotivation sévère au sein des membres fondateurs et actifs de l'association, et il est à craindre que l'enthousiasme et l'énergie qui ont fait notre force ne s'éteignent progressivement. Désabusés, il nous reste les sourires de nos 29 petits protégés pour entretenir un peu la flamme, mais le vent de la désillusion risque fort de l'éteindre à jamais. Le projet ESF ira à son terme si tout se déroule comme prévu cet automne, si aucun prédateur ne sort du bois au moment crucial. Le projet maternité est en attente d'une subvention de l'agence micro projet, l'association ayant de son côté la moitié du budget disponible. 

    Et après?

     

    ET C'EST DOMMAGE car grâce à votre générosité , à l'aide de l'UTMB et d'entreprises locales, nous aurions les moyens de réaliser encore de belles chose à pagala. Nous savons que ce sont jalousie et avidité qui motivent ces attitudes. Nous avons toujours tenu tête en refusant de confier nos fonds , c'est à dire vos dons, à des intermédiaires, pour qu'ils aillent bien à leur destination,  ceci autant pour l'orphelinat que pour l'hôpital.  Ceci pour éviter les détournements, ce qui est courant dans les ONG locales qui reçoivent les dons  de petites association caritatives françaises. La splendeur des bureaux et des véhicules de ces ONG locales fait bondir: tous ces fonds détournés et engloutis pour le train de vie de gens qui abusent de la crédulité des donateurs et des petits collecteurs français. Quelles miettes  arrivent à destination des  nécessiteux? Peut-être aujourd'hui  commence t'on à faire payer à notre association son intégrité et son refus de rentrer dans le système déplorable du business humanitaire!

     


  • Commentaires

    1
    josette baisse
    Lundi 26 Juin à 12:07

    Tout est dit dans ce compte rendu et au vu de ce qui se passe dans bien des domaines actuellement j'ose dire que c'était presque inévitable....n'entrez pas dans le jeu des jaloux et des profiteurs , cherchez une solution pour continuer à aider vos enfants autrement...je sais c'est facile à dire et comment faire ?Mais vous êtes formidables , vous vous êtes tellement  investis physiquement ,moralement, financièrement que vous allez trouver une solution ...à défaut de ma participation active mes ¨pensées¨ vous accompagnent....

    2
    Marie-Pierre MOUTTET
    Lundi 26 Juin à 21:28

    RIEN N'EST JAMAIS PERDU, IL FAUT GARDER ESPOIR...

    Hélas, les événements qui se produisent actuellement à Pagala reflètent les tensions et les tragédies du monde actuel. Devant tant d'injustice, voire d'iniquité, de mépris, de méchanceté et de jalousie, IL NE FAUT SURTOUT PAS ABANDONNER ; AU CONTRAIRE IL FAUT RESISTER !

    L'œuvre immense accomplie jusqu'à présent par les membres de l'association et plus particulièrement par Pierre-Éric Baisse et Bernard Stocard NE PEUT ET NE DOIT PAS PRENDRE FIN.

    Les enfants ont tant besoin d'aide matérielle, de soutien affectif et d'éducation ! Les revendications malsaines et infondées de ces Musulmans ne doivent en aucun cas avoir le dernier mot face à tant de générosité et de dévouement.

    J'ai entière confiance en l'association et je sais qu'elle trouvera au fond d'elle-même la force et les moyens de vaincre.

    Le chemin sera peut-être long...mais je sais qu'une issue heureuse adviendra et qu'à nouveau une lumière douce inondera l'orphelinat de Pagala...

    CAR L'AMOUR ET LE BIEN SONT TOUJOURS PLUS FORTS QUE LA HAINE ET LE MAL DANS LE MONDE.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :